Livre Paris eclairage nuit

 

paris ; Eclairage nuit


<%=FWT_IPTC120%>

<%=FWT_IPTC120%>

<%=FWT_IPTC120%>

<%=FWT_IPTC120%>

<%=FWT_IPTC120%>

<%=FWT_IPTC120%>

Presentation par michel martin Roland

Grand reporter, Michel Setboun parcourt le monde pendant un quart de siècle et c’est à Peshawar, au Pakistan, en pleine guerre soviétique d’Afghanistan, que je l’ai rencontré. Une nuit, avant de franchir la frontière, déguisés en moudjahedine, il m’a parlé de Paris : son amitié avec Robert Doisneau, ses rencontres à l’agence Rapho avec Willy Ronis, Edouard Boubat ou Sabine Weiss, ces « photographes humanistes » dans la lignée desquels il s’inscrit.

« Il fallait faire au moins aussi original », sourit-il aujourd’hui dans son studio truffé d’ordinateurs de la rue des Ecouffes. Car pour immortaliser le Paris de l’an 2000, les contraintes sont énormes : le développement outrancier du droit à l’image qui interdit aujourd’hui de photographier des passants ; pire : les monuments comme l’éclairage de la Tour Eiffel sont soumis à des droits de reproduction prohibitifs. Et puis cette pollution atmosphérique qui plâtre le ciel d’un gris permanent.

C’est à Venise, qu’il longe du haut de la passerelle d’un paquebot, que Michel Setboun prend conscience de l’immense potentiel évocateur et poétique des vues « à mi-hauteur ». Au sol on est englué dans les automobiles ; d’avion tout est aplati. Du haut des clochers et des toits, la ville reprend ses droits. C’est décidé : il démarche les administrations de la ville et de l’Etat et obtient non sans mal les sésames. Dès lors il peut, du crépuscule à l’aube, escalader les escaliers de la tour Saint-Jacques, du dôme de la Sorbonne ou de la Conciergerie. Cinq ans de vertiges et de colimaçons et l’histoire de la capitale de la France renaît sous l’objectif de Michel : Tout part de Notre-Dame-de-Paris, point zéro au cœur de la Cité matrice et voilà qu’apparaît le « cardo », cet axe nord-sud romain des rues Saint-Martin et Saint-Jacques, croisant à son parvis l’axe est-ouest de la Seine. « La Géographie commande l’Histoire», aimait à dire Fernand Braudel. Sous l’œil de l’oiseau de nuit Setboun, c’est pour Paris une évidence.