Muze New York Vertigo in Muze

 


L'euphorie des grandeurs
Une vision vertigineuse de New York par un photographe-architecte amoureux des grandes cites. Ses images epoustouflantes de la ville, souvent prises a la cime des gratte-ciel, sont un hommage a ce qu'elle incarne : la demesure et le reve (ed. La Martiniere, 192 p., 45€).
GENRE : Beau livre.
SUJET : Un reportage sur l'architecture de New York et ses ambiances parfois irreelles.
AUTEUR : Michel Setboun est photographe et architecte. Il est l'auteur de grands reportages parus dans Geo, Life, The New York Times... Il nous livre ici New York vu de ses sommets. Decouvrez son site : www.setboun.com

Michel Setboun
" New York, c'est Gotham City "

Muze: Comment peut-on creer de nouvelles images sur New York, tellement photographiee qu'on a l'impression He tout connaître d'elle ? Michel Setboun : C'est la difficulte avec ces villes emblematiques que tant de photographes visitent Mais je les connais. J'ai, en particulier, realise un gros travail sur Hongkong au moment de sa retrocession a la Chine (en 1997), et j'ai appris a voir les grandes villes sous des angles tres differents. Ma formation d'architecte m'aide : le rapport d'echelle, le choix des materiaux, les details de construction... sont autant de themes possibles. Quand j'arrive a New York, la ville me saisit, comme un poing en plein visage. Meme apres plusieurs sejours, les premieres heures sont toujours un choc. Mais, au fond, je vois New York comme un enfant ; je suis a Gotham City, sur le territoire de Batman, au cœur d'une bande dessinee. C'est une ville droite ou toutes les rues menent vers l'eau, un Lego gigantesque fait pour exciter l'imagination des enfants. Sans compter qu'on y croise facilement des celebrites... a New York, je suis epate, etourdi, comme sur un terrain de jeu ! La ville continue-t-elle d'evoluer ?
En permanence. Elle se transforme beaucoup plus qu'on ne l'imagine, ici, en Europe. Et, surtout, l'attentat du 11 septembre 2001 l'a profondement traumatisee. Comme photographe, je savais que tous mes travaux sur New York precedant cette date etaient obsoletes. Mais l'animal touche a mort s'est releve avec une vitalite incroyable. Je ne suis pas certain que beaucoup de grandes villes, en Europe en tout cas, auraient eu cette force. Cette tragedie a modifie le regard des photographes, inevitablement. Aujourd'hui, en 2007, quelle image percevez-vous d'elle? New York est plus que jamais une ville siderante. Si elle donne le vertige par la hauteur de ses bâtiments et le fait qu'ils se côtoient dans une grande proximite, elle est egalement extravagante par le luxe qui s'y deploie. Ville miroir, elle renvoie aux gens ce qu'ils recherchent : l'argent surtout, la notoriete aussi. Comme des enfants eblouis et reveurs.
Recueilli par Genevieve Welcomme

Ci-contre: le Brooklyn Bridge vu de la Clock Tower, lieu inaccessible au public. Il a fallu quatre ans de patience au photographe pour obtenir cette image qui lui est chere. "Pendant des annees, tel "le Baron perche",j'ai vogue sur les cimes de la megalopole», ecrit-il.
Ci-dessous: une des rares photos de l'ouvrage prises au niveau du sol 1 New York, dit Michel Setboun, «est le symbole absolu du risque, de l'audace, del'originalite, de l'individualite, de l'ephemere. Un lieu dur et tourmente, marque par des contrastes sociaux qui donnent le vertige autant que ses gratte-ciel. »

1. Le Chrysler Building, de l'architecte William Van Allen. Cette tour fut construite en 1930 par la firme automobile du meme nom. Au premier plan, un immeuble neogothique. Cette image souligne les contrastes de styles j et les juxtapositions j de materiaux | dans une ville que beaucoup voient, a tort, tres uniforme.
8. Un cycliste, face au Skyline de Manhattan, s'apprete a prendre le bac. Photo prise des hauteurs du New Jersey. Michel Setboun cite volontiers cette phrase de L.-F. Celine dans Voyage au bout de lanu.lt: «Figurez-vous qu'elle etait debout leur ville, absolument droite. New York c'est une ville debout. »
3. Effet miroir: les celebres taxis jaunes de New York sillonnent la ville a vive allure. «Je me souviens de mon premier taxijaune, raconte Michel Setboun. Arrive a Manhattan, il s'engouffrait avec rage dans une avenue rectiligne. Cerneepar les façades des gratte-ciel, la rue ressemblait a un canyon. A chaque instant, la ville semblait nous engloutir. »
4. Vue inhabituelle du Rockefeller Center, entre la 5e avenue et l'avenue des Ameriques. C'est un des quartiers luxueux de Manhattan. Au cœur du Midtown, il est compose de dix-neuf bâtiments ; sur les toits, piscines et jardins « a la française ».

 

 

Copyright © 2004-2005 Michel Setboun All Rights Reserved. |Terms Of Use | Contact | Infos US | Infos Fr | Site Map